Essai Carver C 34

Publié le 20/09/2013 par - Lu 4758 fois

Catégorie : Essai Bateau /// Mot-Clef : carver, c34, flybridge
Imprimer l'article

Très populaire il y a quelques années, la marque Carver a connu dans notre pays une petite baisse de notoriété. Un épisode qui ne semble n’être plus qu’un souvenir à la faveur des nouveaux modèles dont ce C 34 qui, dans moins de 11 mètres, affiche une habitabilité surprenante.

La marque Carver n’a certes pas la même notoriété que de l’autre côté de l’Atlantique et pourtant, elle s’appuie sur une longue expérience puisque dans quelques mois elle fêtera tout simplement ses 60 ans d’existence. Né à Milwaukee en 1954 sous l’impulsion de Charles Carter et de George Verhagen (d’où le nom Carver), le chantier commença avec des petits runabouts rapides. Dans les années 70, le polyester lui permet de faire grandir ses modèles, mais c’est dans les années 80, alors qu’il change de propriétaire, qu’il s’oriente vers les grosses unités. Aujourd’hui, la gamme compte neuf modèles de 34 à 54 pieds avec un rapport qualité/prix très intéressant. Dernier né de la famille, le 34 se présente ainsi à cheval entre un Cabin Cruiser et un petit Motor yacht affichant la taille du premier et l’habitabilité du second.

Un style intemporel

Extérieurement, le C 34 affiche une allure moderne sans être avant-gardiste, cultivant ainsi un certain classicisme qui sied aux bateaux d’origine américaine. Très élégante, la ligne donne une impression de robustesse et de puissance grâce notamment à son étrave assez verticale, protégée dans sa partie supérieure par un bel empiècement en inox. L’imposant fly concoure lui aussi à ce sentiment de solidité et les flancs, tout juste transpercés de quelques petits hublots ronds, n’allègent pas l’ensemble qui, au final, évoque presque l’univers du cocon. L’ondulation de la ligne de pont offre tout de même un peu de fantaisie et, au final, ce Carver peut se prévaloir d’un design familial et réussi.

En pénétrant à bord par la large plage arrière et par le petit portillon sur tribord, on arrive dans le cockpit qui, bien qu’un peu réduit en taille, accueille tout de même une belle banquette en L et une petite table même si celle-ci est un peu modeste en taille pour autre chose que l’apéritif. Sur tribord, un escalier mène au flybridge. Compte tenu de la taille du navire, on est surpris de la surface de cet espace surélevé. Outre le poste de pilotage, relativement ergonomique, on y trouve en effet une vaste banquette pour 7 personnes et un grand solarium bien abrité. On peut également ajouter une table (en option) et cet endroit deviendra vite l’endroit le plus prisé du bord. Petit bémol toutefois pour les porte-gobelets, ajoutés et de qualité perfectible.

Sous le fly, la cabine occupe bien évidemment un volume non négligeable. Tirant parti de la largeur conséquente du bateau, cet espace offre une telle surface que l’on se croirait volontiers dans une unité calant un ou deux mètres de plus. Habillée de couleurs tendance (gris, beige et chocolat), la cabine dispose d’un grand canapé où l’on vient s’asseoir autour d’une table elle aussi de bonne taille. Les assises dissimulent nombre de rangements et l’on peut transformer l’ensemble en un couchage double supplémentaire. En face, une cuisine en L regroupe tout l’équipement nécessaire à une petite croisière. Le poste pilotage intérieur, spécialité de la version européenne, oscille entre sobriété et inspiration « startreck », mais il se montre ergonomique à défaut d’être irréprochable côté finitions.

Un petit escalier mène à la partie nuit composée de deux cabines et d’un cabinet de toilette. Dans la proue, la cabine propriétaire occupe un bel espace avec une belle hauteur sous barrot (1,90 m), des rangements, mais une décoration sobre, voire un peu triste. Sur tribord, la « petite » cabine dispose de deux lits que l’on peut rassembler et même si la hauteur au-dessus des matelas est modeste (77 cm), l’avant de la cabine est assez vaste. Sur bâbord, la salle d’eau offre quant à elle tout l’équipement nécessaire pour la croisière. Douche fermée, lavabo, wc, le tout dans un décor très sobre.

Une habitabilité record

Outre son habitabilité qui permet d’offrir le couchage à six personnes, le Carver regorge de rangements et chaque recoin est exploité. De même, si la décoration est un peu triste, elle peut être facilement égayée et le niveau de finition demeure très correct pour la taille et le prix du bateau. L’équipement est dans la norme avec notamment l’équipement complet de la salle d’eau, l’eau chaude, les lumières de courtoisie ou encore la sellerie. Après, comme toute construction américaine, il existe une foule de possibilités pour personnaliser son bateau.

Pour propulser les huit tonnes de l’embarcation, le constructeur a opté pour un duo de moteur Volvo diesel développant chacun 220 ch. Un choix rationnel et suffisant d’autant que l’on peut choisir entre la version embase ou ligne d’arbre. Ainsi motorisé, le C 34 affiche un comportement en rapport avec son programme croisière. Sans nourrir d’ambitions sportives, il affiche des performances suffisantes avec une vitesse de pointe de 26 noeuds et surtout une allure de croisière autour de 18 noeuds. De surcroît, son pilotage est agréable, car le bateau répond bien et reste relativement doux à la mer. Stable, bien équilibré, il ne promène pas son équipage au gré des vagues et maintien même un certain niveau de confort à bord. Concrètement, pour faire du cabotage, le Carver 34 devrait parfaitement s’acquitter de sa tâche et, cerise sure le gâteau, la consommation des moteurs diesel Volvo est plus que raisonnable ce qui rend ce bateau économique à l’usage.

L’avis de la rédaction

Emprunt d’un certain classicisme, ce bateau ne manque pas de charme. Il profite également d’une surface habitable remarquable pour sa taille et d’un tarif attractif à l’usage. Un atout qui permet d’oublier une décoration un peu triste et une finition perfectible, mais libre à vous de l’adapter à votre goût au moment de la commande.

Remerciement à Frantz Huet - Yacht Service Brokerage (34)

Texte & Photos > Dominique Salandre

Galerie d'images

LES POINTS FORTS ET LES POINTS FAIBLES

  • Volume habitable
  • Style intemporel
  • Prix
  • Une seule table de série
  • Décoration un peu triste
  • TV au-dessus de l’évier

NOTRE APPRECIATION

Consommation :
4
Valeur Subjective :
3.5
Esthétique :
4
Confort :
3.5
Performances :
4.5
Appréciation Globale :
4

Vous avez aimé cet article sur YOUBOAT.FR ? N'hésitez pas à le faire savoir sur vos comptes réseaux sociaux !

Vous pouvez également suivre notre compte Twitter ou notre page Facebook !

Télécharger l'application Iphone YOUBOAT et consulter :

  • - Toutes les annonces bateaux
  • - L'actualité du nautisme
  • - L'annuaire des professionnels
  • - et plein d'autres rubriques encore...

1ère appli de vente de bateaux sur Iphone en France

Abonnez vous au magazine youboat.fr